27 septembre 2021
Gels hydroalcooliques : leur efficacité et leur limite

Gels hydroalcooliques : leur efficacité et leur limite

Compte tenu de la situation de pandémie actuelle, le président de la République a récemment annoncé de nouvelles mesures de confinement. Cela, dans le but de limiter les déplacements et contacts au strict nécessaire. Différents gestes barrières sont à appliquer et parmi les plus importants, il y a notamment le fait de se laver régulièrement les mains. Le meilleur moyen, étant avec de l’eau et du savon, n’est cependant pas toujours possible. Une alternative efficace serait alors de se servir d’un gel hydroalcoolique. À utiliser toutefois avec modération !

Gel hydroalcoolique : un allié pratique contre la Covid-19

Depuis l’apparition du nouveau coronavirus et l’annonce des mesures à prendre, partout dans le monde, les gels hydroalcooliques sont devenus incontournables. Et puisque tout le monde s’y rue, des ruptures de stock sont constatées. Il est vrai qu’il s’agit bien d’une solution pratique pour se désinfecter les mains en toutes circonstances, mais son usage est tout de même à limiter.

En effet, il est uniquement recommandé lorsque vous êtes en déplacement : dans les transports communs, les centres commerciaux, etc. Appliquez-en également après être allé aux toilettes et après avoir été en contact avec une personne ou un objet potentiellement contaminés. En cette période de pandémie, il est normal que le gel hydroalcoolique soit l’allié des gens. Mais permet-il vraiment de vous protéger de la Covid-19 ? La réponse est affirmative, à condition de choisir des produits réellement efficaces comme ceux de Kleengel.

Quelques règles à respecter pour que son action biocide soit optimale

Pour que les gels hydroalcooliques Kleengel agissent efficacement sur les virus, il est en effet essentiel de respecter certaines règles. Entre autres, appliquez le vôtre correctement en déposant de façon minutieuse une noisette de produit sur le creux de vos mains. Respectez ensuite un temps de friction d’au moins 30 secondes. N’oubliez aucune zone : les paumes et les dos de vos mains, entre vos doigts et sur leur bout, vos ongles et vos poignets. L’opération ne sera achevée que lorsque le gel sera totalement sec.

Sans tenir compte de ses propriétés bactéricides, virucides et fongicides, il est pourtant bon de savoir que le gel hydroalcoolique ne nettoie en aucun cas les mains. Il se contente effectivement de les désinfecter en éliminant les bactéries pathogènes. Raison pour laquelle il doit uniquement être utilisé sur mains sèches et visiblement non souillées.

Éviter de le substituer au nettoyage classique des mains

Au vu de cette affirmation, vous aurez alors compris que l’usage de gels hydroalcooliques ne peut aucunement se substituer au lavage traditionnel des mains. Cela, bien qu’il existe des produits relativement pratiques tels que Kleengel. Se nettoyer les mains à l’eau et au savon demeure beaucoup plus efficace, car l’effet d’une telle solution est immédiat. D’autant plus qu’il neutralise instantanément les bactéries nocives.

Selon des chercheurs japonais, il faudrait par ailleurs environ 4 minutes de contact entre le gel hydroalcoolique et le virus, afin de réussir à complètement le désactiver. La preuve ? Ces scientifiques ont déposé de la sécrétion nasale de patients contaminés sur les mains de plusieurs volontaires. Ces derniers ont ensuite désinfecté leurs mains. Ainsi, il a été constaté que la glaire infectée agit comme un bouclier de protection en faveur du virus. Ce qui a rendu l’effet du gel antibactérien nul. Outre les quatre minutes de contact, il faudrait donc que la sécrétion soit totalement sèche pour que le produit soit opérant. Prenez cette information en compte, au cas où ce genre de circonstance vous arriverait.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *