23 février 2024
comptabilité entreprise

Différencier les immobilisations amortissables et celles non amortissables

Les immobilisations sont des biens durables utilisés par une entreprise pour générer des revenus à long terme. Elles peuvent être classées en deux catégories : les immobilisations amortissables et les immobilisations non amortissables. Il est important de distinguer ces deux types d’immobilisations pour des raisons comptables et fiscales.

Les immobilisations amortissables

Les immobilisations amortissables sont des actifs physiques ou incorporels dont la valeur diminue avec le temps en raison de l’usure, de l’obsolescence ou de l’épuisement des ressources. Ces actifs sont donc soumis à une dépréciation progressive au fil du temps, appelée amortissement. Voici quelques exemples d’immobilisations amortissables :

  • Bâtiments : Les bâtiments utilisés par une entreprise, tels que des usines, des entrepôts, des bureaux, sont des immobilisations amortissables.
  • Machines et équipements : Les machines, les outils, les véhicules utilisés dans le processus de production ou de prestation de services sont également des immobilisations amortissables.
  • Actifs incorporels : Certains actifs incorporels tels que les brevets, les logiciels, les marques de commerce sont soumis à un processus d’amortissement.
  • Le montant de l’amortissement est déterminé en fonction de la durée de vie estimée de l’actif, de sa valeur résiduelle et de la méthode d’amortissement choisie par l’entreprise.

Les immobilisations non amortissables

Les immobilisations non amortissables sont des actifs dont la valeur n’est pas censée diminuer avec le temps. Ces actifs sont généralement de nature permanente et ne subissent pas d’amortissement. Voici quelques exemples d’immobilisations non amortissables :

  • Terrains : Les terrains sur lesquels une entreprise est située ou sur lesquels elle a des droits de propriété sont des immobilisations non amortissables.
  • Collections et œuvres d’art : Les collections d’œuvres d’art détenues par une entreprise sont également considérées comme des immobilisations non amortissables.
  • Participations dans d’autres sociétés : Les participations détenues par une entreprise dans d’autres sociétés sont également des immobilisations non amortissables.

Il est important de noter que bien que les immobilisations non amortissables ne soient pas soumises à un processus d’amortissement, leur valeur peut varier au fil du temps en fonction des fluctuations du marché ou d’autres facteurs. Afin de comprendre ce changement, il est conseillé de s’adresser à un professionnel du chiffre. De même, il est possible d’embaucher un cabinet comptable pour votre fiscalité.

Comptabilisation des immobilisations amortissables : les étapes à suivre

Les immobilisations amortissables sont des biens durables tels que des équipements, des véhicules, des bâtiments, etc., qui perdent de la valeur avec le temps. Pour les comptabiliser, l’expert-comptable effectuera les étapes suivantes :

  • Enregistrement initial : L’expert-comptable enregistre l’acquisition de l’immobilisation dans le compte d’immobilisations corporelles ou incorporelles, en fonction de la nature de l’actif.
  • Évaluation de la valeur : L’expert-comptable évaluera la valeur de l’immobilisation en fonction de son coût d’acquisition ou de production, y compris les frais accessoires tels que les frais de transport, les droits de douane, etc.
  • Calcul de l’amortissement : L’expert en comptabilité calculera l’amortissement de l’immobilisation en utilisant la méthode d’amortissement appropriée, telle que la méthode linéaire ou la méthode dégressive. L’amortissement représente la répartition du coût de l’immobilisation sur sa durée de vie utile.
  • Enregistrement de l’amortissement : L’expert-comptable enregistrera périodiquement l’amortissement de l’immobilisation dans le compte d’amortissement correspondant, déterminant ainsi la valeur de l’actif au fil du temps.

Pour comptabiliser les immobilisations amortissables, il est recommandé de contacter un expert-comptable. Un expert-comptable est un professionnel qualifié qui peut vous aider à établir et à tenir vos comptes de manière précise et conforme aux normes comptables en vigueur. Vous pouvez également embaucher un cabinet comptable pour votre fiscalité.

Conclusion

En conclusion, les immobilisations peuvent être classées en immobilisations amortissables et immobilisations non amortissables. Les immobilisations amortissables subissent une dépréciation progressive au fil du temps, tandis que les immobilisations non amortissables conservent leur valeur initiale. La distinction entre ces deux types d’immobilisations est importante pour des raisons comptables et fiscales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *